Diplômé de l'école Nationale Supérieure des beaux‐arts de Paris, Gaël Davrinche est l’auteur d’une peinture généreuse et impulsive. Après l’obtention du prix Maurice Colin‐Lefrancq en 2001 et une résidence au domaine de Villarceaux en 2006, l’artiste décide de revisiter l’histoire de l’art, empruntant, non sans humour, à Velásquez, Bruegel ou Ingres. Ses portraits, brossés sur des toiles de grands formats comme sur papier, sont une référence au dessin d'enfant ainsi qu’à la peinture gestuelle. Egalement marquées par l’influence de Soutine, ses œuvres exaltent la violence d’un trait qui se mêle à une palette truculente, en une touche tantôt épaisse, tantôt aquarellée.