Sculpteur, Roland Cognet entame dès le début des années 80 une réflexion sur les matières, les formes et les quatre essences fondamentales : le minéral, le végétal, l’animal et l’humain dans la droite lignée des artistes de la sculpture concrète français ou américains. Son travail d’artiste, va à l’essentiel la notion de sculpture ; Roland Cognet s’affirmesculpteurpardéfaut,c’està dire qu’il n’intervient le plus souvent que de façon minimale, pour sublimer une forme, un volume, une masse et interroge l’espace, développant une réflexion aboutie sur la présence magnétique d’une forme sculptée dans son environnement. Dessin, gravure sur bois, photographie, vidéo sont des médiums qu’il utilise régulièrement, simultanément à son travail de sculpture. Dès les années 1990, l’œuvre de Roland Cognet est exposée montré aussi bien en France qu’à l’étranger. En 1995, le centre d’art contemporain de Vassivière en Limousin organise une exposition personnelle de l'artiste où il produira la sculpture « Moulage » dans le Parc de sculptures. En 2003, Anthony Caro l’invite au Triangle Artists’Workshop et il réalise un ensemble de travaux à Pine Plains, à New York. Par la suite, la collection Philip I. Bermen à Philadelphie acquiert quatre œuvres d’importance. Ces dernières années ont été marquées par le nombre important d’expositions personnelles qui lui ont été consacrées dans des lieux réputés –en2012«leCreuxdel’enfer»,Thiers, en 2013, au « Manoir de Kernault » et en 2014 au « Domaine de Randan », Frac Auvergne. Plusieurs collections prestigieuses ont également acquis des œuvres notamment citer la fondation Gianadda, Martigny (CH), l’UCCA (Ullens Center of Contemporary Art), à Pékin.

« Je me suis toujours intéressé aux formes animales (...) Et puis il y a ce trouble que l’on a par rapport à ces animaux face à notre propre existence, notre propre statut d’humain, il y a quelque chose quand même d’assez troublant, et comme je ne sais pas répondre à ces choses-là d’une autre façon que par la sculpture, ou le dessin, j’ai essayé de comprendre, à travers un corps, un buste, une tête. » Roland Cognet